top of page
Rechercher

La retraite Pandoräh avec Isabelle Gieling (Slasheuse digitale)

Les prises de conscience & effets secondaires - Partie 1




TRIER VIDER JETER


La première chose dont j’ai eu besoin en revenant de Pandoräh, ça a été de virer tout mon bazar dans mon bureau. Le mien + celui de ma tribu accumulé pendant mon absence.

Je l’ai contemplé et je me suis dit stop. Arrête. Arrête de vivre dans la confusion, d’entasser et d’entremêler. Arrête de t’acharner avec des choses qui ne fonctionnent plus, qui sont usées, cassées. Arrête de tout mélanger et de tout entasser. Arrête aussi de créer des environnements qui font qu’autrui ne respecte pas ton espace.


Tu ne peux pas réaliser ta plus belle œuvre d’art sur une page déjà gribouillée, froissée, écornée.

Toutes ces incohérences sont le parfait reflet de ce que tu vis parce qu’encore tu te laisses balloter.

Il y a quelques temps maintenant, j’ai décidé d’arrêter d’être cette Tchotchovi chewing gum, malléable, cool à tout prix, souriante à tout prix, conciliante et compréhensive à tout prix, économe à tout prix, belle à tout prix, respectable à tout prix, optimiste à tout prix, sauveuse inconditionnelle de tout et de tout le monde … et j’en passe. Est-ce que tu sens comme la redondance de « à tout prix » te donne mal au ventre à la limite de la nausée ?



J’y suis arrivée à m’en défaire. Mais en partie seulement. Et mon bureau était là pour en attester ; le dossier était loin d’être clôturé. Parce que je n’en avais pas trouvé la force et parce que je n’avais pas vu le fond du panier.


Pandoräh m’a ouvert les yeux encore plus grand.


De retour à la maison, plus d’une semaine de vertiges à la limite du malaise et de nausées en continu ...


- Mais qu’est-ce que ça veut dire ? demande le mental

- Comme si tu ne le savais pas, répond le corps.

- Ah oui c’est le contrecoup, la semaine a été dense, j’ai du mal à « redescendre » et à revenir dans mon axe

- Pffff quel axe ? pouffa le corps. Une oscillation, c’est pas un axe ma cocotte. Tu ne sembles pas avoir compris, on va poursuivre un petit peu. Reviens me voir quand tu auras compris…


Et ce matin j’ai compris un peu plus. Outre ce truc complètement paranormal qui s’est vécu à Pandoräh et qui a demandé à mon corps énormément de repos, mon corps m’a montré une métaphore de ma vie d'avant avec deux options possibles :

Continuer à m’accrocher à mon minuscule bouchon en pleine mer avec option naufrage à tout moment, armée de mon masque « tout va bien », avec tous ceux qui font comme moi mais qui ont, eux, le confort de voguer sur une planche qui leur donne une illusion de sécurité.

Ou

Me mettre à nager dans la houle et à contrecourant quitte à brasser des algues et à boire la tasse, avec la détermination de trouver une Arche ou un rivage. (je ne le répèterai jamais assez : Merci pour cette première Arche Isabelle Gieling). Mais l’arche d’Isabelle n’est pas une pouponnière, elle est plein d’autres choses mais pas ça et c’est tellement merci pour ça aussi, car ça aurait été une tentation tellement facile à laquelle succomber… un autre bouchon en somme.


Lorsqu’on décide de nager dans la houle et à contrecourant, cela nécessite de mobiliser énormément de foi et d’énergie. Et de se défaire du masque de plomb qui pèse une tonne et te tire vers le bas. Cool à tout prix ça pèse teeeeeellement lourd alors que c’est si creux !!!


Sais-tu que cool et forte à tout prix te mène vers une solitude certaine et sans fond ? Quand tu portes ce masque, tu envoies du rêve. Du fake mais du rêve quand même. Ça t’oblige à te trahir sans arrêt parce pour le maintenir en place tu dois :


- Sourire tout le temps même quand tu viens de passer des heures à pleurer seule

- Dire ok avec une voix fluette et enjouée même quand tu n’as pas envie

- Aider même quand t’es crevée

- Répondre c’est pas grave avec un air compatissant même quand on t’a blessée

- Dire oui je comprends alors que ça heurte à mort tes valeurs

- Mettre une petite fleur sur les i à la place du point parce que quand même t’es super douce

- Rire d’une blague de merde pour éviter le malaise à l’autre

- Subir la présence intempestive de personnes que tu n’apprécies même pas mais… comme tu milites contre l’exclusion … toi t’es pas une méchante comme le reste du monde

- De ne pas dire tu m’étouffes alors que c’est clairement le cas

- De cacher ton affection pour ta meilleure amie pour ne pas froisser les autres qui te disent « oui mais j’étais là avant » ou « il n’y a plus qu’elle qui compte ». Moi qui ai attendu 40 ans pour trouver une meilleure amie pendant que tout le monde se targuait d’en avoir une, ça je l’ai vraiment mal digéré)

- Composer avec le fait qu’on t’adoooooore mais pas pour les sorties ou road trips entre amies (avec les autres amies ok mais toi euh non), mais s’y agripper quand même le cœur lourd devant leurs posts parce ce que c’est tout ce que t’as

- Surmonter le deuil successif de tes parents parce que tous ces gens qui t’adorent ont oublié de te demander si ça va, si tu tiens le coup. Mais on te préfère rigolote et forte parce que c’est pour ça qu’on t’a choisie, c’est ce que tu as « vendu »

- Aller donner ton cours en mode pump it up un jour de fausse couche parce que quand même tes danseuses n’ont pas à pâtir de tes problèmes. Et puis, recevoir des messages de déception, ça égratigne le masque quand même …


La liste est longue tu sais, je pourrais t’en faire des dizaines de page. Alors si j’ai un conseil à te donner à toi qui me lis, surtout ne prends pas ce masque ou si tu l’as déjà, trouve le courage ou la personne qui pourra t’aider à le décoller. Il est beau, lisse attrayant, sécurisant pour toi et pour les autres. Mais c’est comme un fond de teint tu sais (beurk lol) plus il semble parfait plus en réalité il te bouche les pores jusqu’à un jour te faire suffoquer voire étouffer. C’est sûr, quand tu l’enlèves on voit que tu n’es pas parfaite, que finalement t’as tes boutons et des pattes d’oie. Mais rappelle toi que tu ne peux soigner que ce que tu vois. Certains se diront inconsciemment « ah non moi je te préférais artificielle et formatée », ou mettrons un zoom sur tes « défauts » pour justifier qu’ils te tournent le dos.


Mais ce n’est pas grave.


Dis toi qu’arracher ton masque c’est comme arracher un sparadrap. Putain que ça fait mal sur le coup mais après ça s’estompe, tes épaules se relâchent et petit à petit tu retrouves ton calme et tu te sens soulagée. Je te mentirais si je te disais que c’est easy, surtout si tu as un niveau de résistance au taquet comme le mien.


Mais franchement … vas-y. Tente. Pour toi. Pour goûter ce que ça fait de toi.


Pandoräh, ça a été comme un Cercle de paroles non stop… chaque échange, même anodin, créait une résonance avec quelque chose ou quelqu’un.


J’ai par exemple pu mettre le doigt et des mots sur cet état de quiétude et de toute puissance que j’ai ressenti lors des funérailles de mon père au Togo. Je trouvais anormal de me sentir à la fois triste, capable de sourire, incapable de m’effondrer comme c’est la norme, et vivre un sentiment de plénitude et d’alignement total. Je n’avais pas compris que c’était le fait d’avoir tombé tous mes masques d’un coup. En l’accompagnant vers son dernier repos, je n’avais plus de temps ni de place pour les chichis, pour les préoccupations bidons, pour tout ce qui ne compte que peu ou pas du tout. J’étais juste Tchotchovi sans fioritures, sans rien à prouver ni à enjoliver.



Ces quelques jours ont été les moments de ma vie où je me suis préférée.


Et c’est le genre de choses qu’on peut verbaliser à Pandoräh auprès de gens qui écoutent, comprennent, ressentent ce que tu énonces jusque dans leur corps, sans a priori ni jugement.


Voilà où j’en suis aujourd’hui, de retour de Pandoräh ; je suis en démaquillage intensif pour faire tomber les masques et tous les jeter, pour retrouver cet état que j’ai tellement aimé et le pérenniser pour trouver ma paix, ma joie, ma valeur, ma puissance et ma capacité à générer de la magie, de la beauté, de la guérison.



Et pour me permettre d’aller chercher ma pu**** de Couronne.


Avec Ombre & Lumière,

Queen T

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page